Justice doit être rendue aux milliers de victimes des violences policières

Violences policières ordonnées par Christophe Castaner ministre de l'intérieur
Vanessa à Paris le 15/12/2018
Cliquez ici
Main mutilée
Gabriel àParis le 24/11/2018
Cliquez ici
Previous
Next

A Bordeaux existe un collectif contre les abus policiers, le C.L.A.P33
Accompagnements juridiques (plainte contre la police, Garde a vue, procès …) Recueil de témoignages …

Permanence
Tous les lundis de 19h à 22h au Samovar
18 rue Camille Sauvageau – Bordeaux (St Michel)
Contact
collectif.clap33@gmail.com
06 95 35 40 16
www.clap33.over-blog.org / sur Facebook : @clap33

Une nouvelle victime, Manuel T., 41 ans et originaire de Valenciennes (Nord), a été hospitalisé en urgence à Paris puis à Lille. Sa compagne, Séverine, a déclaré mardi à France 3 Hauts-de-France qu’il a définitivement perdu l’usage de son œil gauche. « Il devra sûrement mettre une prothèse. Il souffre beaucoup », témoigne-t-elle, au bord des larmes. 

Son avocat précise : « La partialité de l’IGPN qui étouffe délibérément les affaires de violences policières et les déclarations de l’Intérieur et de la directrice de l’IGPN ne reconnaissant pas les violences policières. Le blocage par le procureur de la République de Paris sur les dossiers de violences policières  ».
source:
https://www.agoravox.tv/actualites/citoyennete/article/manuel-c-refuse-d-etre-auditionne-83894

26 manifestants pacifiques ont été éborgnées à ce jour par les forces de l’ordre!

Ce site a pour objectif de porter à la connaissance du grand public des informations qui sont cachées voire minimisées par la plupart des médias dominants français concernant les très nombreuses exactions voire violences policières qui ont provoqué des centaines de blessés graves parmi les manifestants pacifiques.

Aucun des grand médias français ne parle du dépôt de la plainte déposé par des avocats à la CPI contre E. Macron et C. Castaner voire le dossier OTP.CR 173/19

Pour que la plainte qui avait été déposée le 11 juin 2019 par le requérant M. Francis Lalanne à la Cour Pénale Internationale à La Haye ait un impact plus important, Maître Sophia Albert Salmeron a rédigé une Communication (terme pénal), à télécharger sur Facebook pour les victimes (quel que soit le dommage subi) lors de manifestations. Les personnes qui le désirent doivent remplir ce document et fournir, preuves à l’appui, s’il y a besoin (photos, vidéos, certificat médical…) et l’envoyer à l’adresse mail otp.informationdesk@icc-cpi.int

Pour ceux qui n’ont pas de compte facebook le formulaire suivant (copie d’écran) permet de vous guider dans la déclaration des blessures voire violences subies par les forces de l’ordre: téléchargement ici

Des excès d’une grande violence ont été commis par les diverses forces de police, CRS, BAC,  etc. envers les manifestants pacifiques, des manifestants qui revendiquent essentiellement de la justice sociale et fiscale ainsi que le RIC.

On compte au moins 3000 condamnations et 400 peines de prison ferme qui ont été prononcé par « justice française », une justice qui n’est pas indépendante et où les GJ passent pour une grande majorité par le procédé de comparution immédiate, où ils sont d’office reconnus comme présumés coupables, or à ce jour aucun membre des forces de l’ordre n’a été inquièté par la justice.

Parmi les plus de 3000 condamnations, Le Monde comptabilise encore 1240 peines avec sursis et 920 peines alternatives à la prison (travaux d’intérêt général…).

« Gilets jaunes » : 10 000 gardes à vue, 3 100 condamnations… une réponse pénale sans précédent.

La justice voire l’Etat français enlève à ces gilets jaunes la possibilité de préparer leur défense!

S’ajoute à la violence policière la répression judiciaire également ordonnée par le gouvernement Macron …

Le 22 nov. 2018, une circulaire a été adressée par Mme La Ministre de la Justice, Nicole BELLOUBET, au procureur de la République prônant une sévérité extrême dans le traitement des affaires des Gilets Jaunes.
Une copie de cette circulaire a été adressée aux Tribunaux des Grandes Instances qui sont censés être indépendants !

Signataire : La garde des sceaux, ministre de la justice, Nicole BELLOUBET

Voici la circulaire

Le syndicat “France police, policiers en colère”  dénonce les têtes du gouvernement Macron comme les « donneurs d’ordre » ayant conduit aux violences policières d’une extrême sévérité.

Citation du syndicat  “France police, policiers en colère” :
« Macron, Philippe, Castaner et Nunez sont les cerveaux et les donneurs d’ordres de la terrible répression mise en place dès le 17 novembre 2018 pour écraser le mouvement des Gilets jaunes et éviter ainsi d’apporter une réponse politique à la crise. »
source : https://france-police.org/2019/05/31/en-remerciements-davoir-sauve-la-macronie-des-policiers-seront-juges-pour-avoir-reprime-les-gilets-jaunes/

Puis ce déchaînement de la violence policière s’est étendu aux manifestants environnementalistes qui réclament des actions concrètes pour stopper le réchauffement climatique ainsi la manifestation de plus de 10 000 pompiers. Un des pompiers a été éborgné, portant le nombre des manifestants à 26 personnes ayant perdu un œil (acte 53 inclus) !

L’emploi massif du gaz lacrymogène, un gaz contenant du cyanure qui a été massivement  employé contre les manifestants Gilets Jaunes, a causé également de nombreuses victimes.
https://www.youtube.com/watch?v=IjkBvMxaE-4

Depuis bientôt un an, nous avons pu recenser de très nombreux cas de recours excessifs à la force par les forces de l’ordre. Ils ont engendré de très nombreux blessés pour certains avec de très graves blessures et on compte aussi une personne décédée.

Le triste bilan à ce jour:

  1. 5 personnes avec des mains arrachées
  2. 26 personnes éborgnées
  3. plusieurs centaines de personnes avec des fractures
  4. de nombreux manifestants avec des mutilations diverses
  5. une personne morte – Mme ZINEB REDOUANE!
  6. d’innombrables victimes  dûes à l’emploi massif du gaz lacrymogène
  7. etc.

Les autorités françaises ainsi que les grands médias n’ont toujours pas condamné publiquement ces violences policières disproportionnées!

Comment obtenir réparation quand on a été blessé par la police ? Il est désormais clair que policiers et gendarmes ne sont que très rarement condamnés. Depuis quelques années, des avocats attaquent directement l’État, avec un peu plus de résultats. Plus d’informations

Violences contre les gilets jaunes : « Il y a une volonté de blanchir les policiers »

L’avocat Arié Alimi, qui défend une vingtaine de gilets jaunes, revient sur les propos du procureur qui a annoncé que 54 affaires avaient été classées sans suite.

Aujourd’hui, les victimes de violences policières sont dans une situation catastrophique. Certains sont mutilés, ont perdu leur travail et n’ont aucune indemnisation. L’État cherche à les étouffer. Il a détruit davantage la vie de ces gilets jaunes qui venaient manifester pour contester leur situation économique et sociale. Il a écrasé des gens qui criaient misère.

Plus d’informations

Dans la vidéo haut dessus E. Macron lit le texte sur la banderole :
Le sang coule de leurs mains. Renseignez vous!
Puis Macron, qui fait l’innocent, ne ce sentent pas concerné, répond par une question:
Mais il faut que vous disiez des mains de qui?

Voici ma réponse à la question de Mr Macron qui fait l’innocent :

Le syndicat “France police, policiers en colère”  dénonce les têtes du gouvernement Macron comme les « donneurs d’ordre » ayant conduit aux violences policières d’une extrême sévérité.

Citation du syndicat  “France police, policiers en colère” :
« Macron, Philippe, Castaner et Nunez sont les cerveaux et les donneurs d’ordres de la terrible répression mise en place dès le 17 novembre 2018 pour écraser le mouvement des Gilets jaunes et éviter ainsi d’apporter une réponse politique à la crise. »
source : https://france-police.org/2019/05/31/en-remerciements-davoir-sauve-la-macronie-des-policiers-seront-juges-pour-avoir-reprime-les-gilets-jaunes/

Autre information:

Aucun des grand médias français ne parle du dépôt de la plainte déposé par des avocats à la CPI contre E. Macron et C. Castaner voire le dossier OTP.CR 173/19

À Marseille, le 8 décembre 2018, en marge d’une manifestation des « gilets jaunes », des policiers ont fracassé le crâne de Maria, 19 ans, une commerçante qui rentrait chez elle, lui blessant gravement le cerveau. Dix mois après l’attaque qu’elle a subie, elle reste sous surveillance médicale. Par la suite elle voulait porter plainte à la police, mais celle-ci avait refusé d’enregistrer sa plainte … elle avait donc pris un avocat par lequel la plainte a pu enfin être déposée le 30 avril 2019!

Notre enquête sur ces violences révèle, preuves à l’appui, la partialité de l’IGPN, la police des polices, et sa volonté d’enterrer les faits et nier les responsabilités.
https://www.mediapart.fr/journal/france/051119/comment-la-police-des-polices-protege-les-siens?onglet=full

En France le gaz lacrymogène est 25 fois plus dosé que aux États-Unis et il contient un dérivé de cyanure!

Visitez également le site web Désarmons-les

Date de la publication de cet article: 2/11/2019
Dernière mise à jour: 26/11/2019